Quelle mutuelle pour les soins de suite et de réadaptation

Les soins de suite et de réadaptation peuvent devenir une grande dépense si le senior n’est pas assuré. Dans certains cas, la Sécurité Sociale prend en charge une part des frais, mais cela n’est pas toujours évident. Pour éviter les mauvaises surprises, les SSR doivent être tenus en compte lors du choix de la mutuelle santé. Cet article met la lumière sur cette activité qu’est les SSR et les différentes prises en charges y afférentes.

Définition des SSR

Les SSR est une structure sanitaire qui se base sur le retour d’un patient vers milieu d’avant une maladie. C’est une réinsertion qui prépare le malade à retrouver sa vie d’avant. Les SSR s’occupent de minimiser ou d’éradiquer les conséquences qui surviennent après la maladie. Ces conséquences peuvent être fonctionnelles, physiques, psychologiques ou sociales. Les soins de suite et de réadaptation servent de transition entre la guérison d’un patient et son retour à la normale. Cette rééducation revêt une grande importance. Sans les SSR, le patient peut traîner une séquelle et ne pas retrouver ses capacités.

Les différents domaines des SSR

Les centres de soins qui dispensent ces soins embrassent plusieurs domaines. Le but est la restitution de toutes les facultés du malade. Dans le pire des cas, ils permettent de lui donner toutes les chances de s’adapter à sa nouvelle condition.

Les SSR adultes prennent en charge plusieurs catégories. C’est le cas de l’appareil locomoteur, du système respiratoire et du système nerveux. Les problèmes cardio-vasculaires demandent également une prise en charge sérieuse. Les soins deviennent indispensables pour les ces de brûlures.

La part de la Sécurité Sociale dans les SSR

La part de la Sécurité sociale dépend de la nature du centre qui prodigue les soins. En effet, il existe deux catégories d’établissements pour les SSR : les établissements conventionnés et les non-conventionnés.

Si le patient choisit une clinique privée non conventionnée, toutes les dépenses vont lui revenir. La Sécurité sociale est exempte de toute responsabilité.

Dans le cas où le patient s’adresse à une clinique publique conventionnée, la Sécurité Sociale supporte les frais de soins à 100% en cas d’affection longue durée. S’il s’agit de petites interventions chirurgicales ou d’affection légère, la prise en charge est de 80%. Les 20% restant sont à la charge du patient.

Enfin, si le patient choisit une clinique privée conventionnée, la prise en charge sera calculée sur le tarif appliqué dans les établissements publics. La différence sera automatiquement à la charge du patient.

La part de votre mutuelle santé

L’implication de la Sécurité sociale dans les frais de soins n’écarte pas l’utilité d’une assurance santé. Une mutuelle santé peut réduire les charges lors de SSR. C’est le cas lorsque la prise en charge n’est pas assurée à 100%. En effet, la Sécurité Sociale ne prend pas la charge de certains aspects du séjour. Les prix des chambres, ni les options qui y sont liées comme le wifi, la télé… ne sont pas pris en charge. Dans ce cas, le remboursement d’une mutuelle peut devenir une aide non-négligeable.

De ce fait, la présence des SSR dans une complémentaire santé est absolument à vérifier. Ils sont la plupart du temps couverts dans les mutuelles seniors.

 

Previous Post
Next Post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *